Adolescence

Ce que j'étais / Meg Rosoff

(What I was - nov. 2008)

J'ai un siècle.
Mais mon esprit me ramène sans cesse à l'année de mes seize ans, lorsque j'ai découvert l'amour. J'avais déjà été renvoyé de deux pensionnats avant d'atterrir à Saint-Oswald, le pire endroit que j'avais pu voir jusque-là. Or, sans cette médiocre institution, je n'aurais jamais découvert cette hutte de pêcheurs coupée du monde. Sans elle, je n'aurais pas rencontré Finn. Sans Finn, vous ne seriez pas sur le point de lire mon récit.

Nous sommes en 1962.....en Angleterre. Le héros de l'histoire (on ne connaîtra son nom qu'à la fin) raconte l'année de ses 16 ans. Renvoyé de deux pensionnats, il est expédié par ses parents au pensionnat de Saint-Oswald pour lui donner une dernière chance. Le pensionnat s'avère être un lieu où les professeurs n'en ont rien à faire des élèves, les élèves se moquent les uns des autres.... Petit à petit, il ne supporte plus cette vie carcérale et c'est lors d'une sortie en bord de mer qu'il fait la connaissance de Finn. Un jeune adolescent qu'il suppose être de son âge mais qui contrairement à lui vie libre et seul dans une vieille cabane de pêcheur. Sans pression aucune de la part d'un adulte. Notre héros va donc être au fur et à mesure de ces visites à Finn, être attiré par ce garçon. Il commençera à étudier les marées et élaborer des plans pour aller le voir sans s'attirer d'ennui au pensionnat. Enfin, lors des congés de Carême, notre héros ment au pensionnat en disant qu'il va partir en vacances avec ses parents alors qu'il rejoint aussi vite Finn. Finn tolère la présence de l'autre mais vivant seul depuis tellement longtemps il ne lui fait que très peu la conversation. Petit à petit les garçons s'apprivoisent.....Mais le pensionnait s'agite et la mer aussi ce qui présage une double menace pour nos héros.

Incroyable, je n'ai que ça à dire. Je ne sais pas comment Meg Rosoff fait mais les livres qu'elle écrit sont à la fois tellement bizarre et tellement poétique. On se retrouve dans une histoire qui tient de la robinsonnade mais pas seulement. Il y a également la notion d'attirance et d'admiration. Le héros est attiré par Finn mais en même temps il veut l'impressionner. La cabane de Finn semble être protégée du monde extérieur mais la réalité rattrape très vite nos deux héros.

Magnifique. A lire dès 13 ans

 

Mon nez, mon chat, l'amour.....et Moi (tome 1) / Louise Rennison

(Angus, Thongs and Full-Frontal Snogging 2000)

Premier tome du Journal intime de Georgia Nicholson.

Georgia, adolescente anglaise de 14 ans trouve que sa vie est un enfer. Voilà les raisons :

- Elle a un énorme nez

- son chat térrorise les chiens du quartiers

- sa petite soeur Libby est déjantée (problèmes fécales!!!)

- son père veut aller vivre en Nouvelle-Zélande

- sa mère se prend pour une jeune

Et le pire de tout cela le garçon qu'elle aime sort avec une fille aux oreilles décollées. Bien entendu, Georgia a quand même des amies sur qui elle peut compter  (mais pas toujours) et des garçons qui s'interessent à elle (malgré son nez).

Tout cela pourrait être très nunuches, mais enfin de compte pas du tout. Georgia est un peu la petite soeur adolescente de Bridget Jones. La forme d'un journal intime peut en rébuter plus d'un mais sincèrement c'est une lecture que je conseille.  C'est hilarant à souhait. On se trouve à rire à des bêtises qui ne devraient plus nous faire rire mais sérieux quand :

Georgia promène sa soeur Libby et qu'elles croisent Robbie (celui que Georgia aime) et que Libby dit :

" Georgia a fait un gros caca ".

Je n'en pouvais plus. Je me suis imaginé à sa place et j'ai ri un bon moment. C'est vrai que dit comme ça, ça n'a pas l'air forcément drôle mais je vous conseille vraiment la lecture pour comprendre tout l'ampleur de cette histoire hilarante.

Si jamais...... / Meg Rosoff

( Just in case - Octobre 2007 )

Au moment où son frère Charlie, qui a un an, risque de faire une chute mortelle d'une fenêtre, David, 15 ans, le sauve à la dernière minute. A partir de ce moment David Case ne pense qu'à une chose : le Destin en a après lui et à tout moment quelque chose d'horrible peut arriver ( et elles arrivent ). Dès lors il ne pense plus qu'à échapper à la Fatalité. Il décide tout d'abord de changer de nom en ésperant que le Destin l'oubliera et le laissera tranquille. Il sera Justin Case (Just in case = au cas où ). Puis il change de look, s'invente un chien imaginaire, commence à pratiquer la course où il est assez bon. Ses changements l'entraînent vers des aventures pour le moins étonnantes et il fera même des rencontres qui le changeront à jamais.

Entre les délires paranoïaques (on peut le dire ! ) de Justin, la voix du Destin qui vient augmenter le sentiment de traque, on peut vraiment parler d'un livre pour le moins dérangeant et déroutant. Avec une fin assez surprenante.

Loin des clichés habituels, on se retrouve face à un roman philosophique étrange. J'ai beaucoup apprécié ce deuxième roman de Meg Rosoff. J'avais déjà bien aimé son premier roman, je trouve qu'elle a un style bien à elle. Un style certes particulier, parce que faire parler un enfant d'un an comme un adulte où bien suggérer que le Destin est une personne c'est assez étrange. Je pense qu'on aime ou pas, je ne pense qu'il y ait un intermédiaire entre.

Je conseille donc ce livre à tout ceux qui avait déjà apprécié "Maintenant c'est ma vie". A partir de 14 ans.

 

 

Maintenant, c'est ma vie / Meg Rosoff

(How I live now - 2006)

Présentation de l'éditeur
" Tout a changé l'été où je suis partie en Angleterre passer quelque temps chez mes cousins. Un peu à cause de la guerre, qui a chamboulé pas mal de choses, évidemment, sauf que de toute façon, avant la guerre je ne me rappelle presque rien - pas de quoi écrire un livre, contrairement à ce qui va suivre. Non, si les choses ont changé c'est surtout à cause d'Edmond. Voilà ce qui s'est passé... "

Ce premier roman de Meg Rosoff a bouleversé l'Angleterre et s'impose partout dans le monde comme un texte majeur de la littérature jeunesse. Finaliste des plus grands prix littéraires internationaux, il a remporté le prix Luths en Allemagne, le prix Michael L. Printz aux Etats-Unis et le prix du Guardian en Angleterre.

C'est l'histoire de Daisy (ou Elizabeth), quinze ans, qui est une adolescente new-yorkaise anorexique. Dans une narration à la première personne, Daisy explique la raison pour laquelle elle ne mange plus : sa meilleure amie Leah pense que sa belle-mère, Davina La Diabolique veut l'empoisonner, voilà la raison de son refus de s'alimenter selon elle. Pour son propre confort, sa belle-mère (qui est soit dit en passant enceinte),l'envoit passer l'été chez des cousins (Edmond, Isaac, Osbert, Piper, tante Penn), qu'elle ne connaît même pas. Daisy se retrouve donc dans la campagne anglaise avec des cousins completment excentriques.

Petit à petit, elle se familiarisera avec leur vie à la campagne et découvrira l'amour en compagnie de son cousin Edmond. Mais alors que sa tante Penn est partie à Oslo pour donner une conférence sur la "menace de guerre imminente", des attentats à Londres plonge le pays dans la guerre. Les enfants n'ont qu'une seule solution, s'organiser afin de survivre (penuries alimentaires, plus de communication avec l'extérieur). Alors qu'ils vivent dans l'insouciance totale pendant quelques temps, la guerre les rattrape et les séparent. Daisy et Piper qui a neuf ans, sont envoyés chez une famille de militaire, puis quelques temps après, elles s'échappent pour retrouver les garçons. Mais juste au moment où ils pourraient être rassemblés, un nouvel événement les séparent.

On ne sait pas exactement à quelle période se situe l'histoire, seules certains indices laissent à penser que l'histoire pourrait se passer à l'heure actuelle (téléphone portable, mails). Très bon premier roman de la part de Meg Rosoff. Un texte qui parle de l'adolescence et des problèmes (premier amour, anorexie) qu'on peut y rencontrer dans un cadre grave : la guerre. Aucune lourdeur, tout est dit comme cela devrait être dit.

Un texte qui sonne juste et vrai.  Un roman à lire absolument (en plus, il se lit très vite), pour ados (dés 12 ans) mais aussi pour les adultes.

Une phrase que j'ai bien aimé dans le roman :

"D'un côté c'était tout moi de retrouver l'appétit juste au moment où le reste du monde se familiarisait avec la famine, et de l'autre, c'était vraiment idiot d'être maigre dans un monde où tout le monde mourait de faim."

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×