L'apprenti épouvanteur (tome 1) / J.Delaney

2747017109.jpg

Présentation : Comment un jeune garçon apprend à devenir un chasseur d’ombres !
Tom est le « septième fils d’un septième fils ». Il possède donc les qualités requises pour devenir l’apprenti de l’Épouvanteur. C’est plutôt une aubaine : à 13 ans, il ne se sent guère attiré par la vie de fermier. Apprendre à chasser sorcières, gobelins, spectres et autres esprits malfaisants lui paraît autrement plus excitant – même si ce nouveau travail le terrifie quelque peu – que de soigner les cochons et épandre le fumier. Tom possède un don particulier pour voir et entendre ce que le commun des mortels ne voit ni n’entend. Il entame donc son apprentissage auprès de l’Épouvanteur, qui le teste dès la première nuit en l’enfermant, tout seul, dans une maison hantée. Mais le pire est à venir. Malgré l’injonction de son maître de se méfier des « filles qui portent des souliers pointus », Tom va se laisser berner par une fille : Alice.

 

 

Comme le veux la loi de l'héritage, l'exploitation agricole revient au fils aîné pour éviter que les parcelles se réduisent pour enfin disparaître au fil des années. Ensuite on essaye de placer les autres en apprentissage du mieux qu'on peut. Les parents de Thomas ayant sept fils et Thomas étant le septième, toutes les possibilités avaient été épuisés pour lui ; c'est pourquoi ils décidèrent de le donner comme apprenti à l'Epouvanteur du Comté.

Un septième fils d'un septième fils a le don de voir ce que les autres ne voient pas, c'est pourquoi il est choisit comme apprenti. C'est donc une vie remplie de peurs et de solitude qui attend Thomas.

Thomas se retrouve donc à treize ans comme apprenti Epouvanteur de M. Gregory qui le soumet le premier soir à un test, rester seul dans une maison hantée ( quand on lit ce passage on tremble pour lui ).

 

Roman d'initiation, celle d'un enfant de 13 ans qui quitte l'univers famillial et rassurant pour affronter les gobelins, les sorcières…. Ce récit est très bien construit, il n'y a aucune longueur, on prend plaisir et on tremble pour le jeune Thomas qui malgré les recommandations de son maître fait confiance dés le début de son apprentissage à une fille «  aux souliers pointus ».

De plus, l'éditeur a été original dans la conception de la couverture qui nous fait penser à un vieux carnet en cuir. 

Je conseille donc ce récit qui est très captivant et qui se lit d'une traite. ( par contre il est inscrit sur la couverture à partir de 11 ans mais je pense qu'il vaut mieux avoir 1 voir 2 ans de plus

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×